Estime MBIKANA, Miss Centrafrique 2021, Exemple d’engagement et de leadership féminin

Née en Centrafrique le 16 Novembre 1996, Estime MBIKANA a été l’heureuse lauréate du Concours Miss Centrafrique 2021. Alors que son mandat tire à sa fin, la beauté centrafricaine peine à concrétiser ses projets, faute d’accompagnement de la part de l’État et des entreprises de la place. Estime veut faire de ces défis un plaidoyer pour l’avenir. Au moment où l’équipe de rédaction de « Jeunes Observateurs » est allée à sa rencontre, Mlle MBIKANA a levé le voile sur plusieurs activités qu’elle a pu mener sur fonds propre, et souhaite n’en pas rester là.

Teint marron. Sourire aux lèvres. C’est d’un ton décontracté que la Miss Centrafrique 2021 nous reçoit dans son « petit monde ». Elle qui fait ces derniers jours, l’objet de commentaires hilarants sur les réseaux sociaux, pose le ton et lève le voile sur sa mission en tant que Miss et les défis qui accompagnent ce parcours.

Juriste de formation, Estime MBIKANA est titulaire d’une Maîtrise en Relations Internationales, Diplomatie et Géostratégie.

Au delà de ce que je faisais et continue de faire dans le domaine artistique et culturel, j’ai été une élève studieuse. J’ai aimé mes études et ai tenu à les finir, car, une formation de qualité est le fondement de tout engagement social

En effet, depuis le banc de l’école, Estime avait déjà une forte passion pour le monde de la mode et de la beauté. C’est bien ce qu’elle nous laisse entendre. « Toute jeune, je participais déjà à plusieurs concours de beauté. J’avais déjà l’espoir de toucher un jour les sommets. Et ma détermination a fini par payer« .

Par ailleurs, nous laisse croire Estime, la participation au concours Miss Centrafrique était l’occasion de se faire une carrière

Si j’avais décidé de prendre part au concours Miss Centrafrique, c’est bien parce que j’ai trouvé que cela était une excellente opportunité de concrétiser mes projets sociaux. Je suis une femme d’engagement, je veux avoir de l’impact au sein de ma communauté.

Malgré le challenge, Estime a réussi à être élue Miss, l’année dernière. La beauté centrafricaine avait plein de projets, et voulait les réaliser avec l’appui des organisateurs de ce concours ainsi que de l’État, seulement que la désillusion va être grande pour la jeune Estime.

« Dans tous les pays, les Miss sont prises en charge par l’État et les entreprises de la place. Ce qui est loin d’être le cas en Centrafrique. Je n’ai été accompagnée par aucune structure durant mon mandat qui tire doucement à sa fin »

« Jusque-là, je n’ai pas encore été reçue par les autorités nationales, ni par le Chef de l’État encore moins par notre ministre de tutelle, la Ministre des arts et de la culture«  enfonce Estime.

Malgré tout, la jeune juriste a posé des actes à partir des moyens propres et l’aide d’un cercle restreint de personnes de bonne foi. « Durant mon mandat, j’ai organisé des sensibilisations dans les écoles, sur la nécessité de promouvoir l’éducation pour tous. J’ai participé à des forums sur la parité homme et femme. Et j’ai aussi été invitée au Sénégal, par une chaîne de télévision de ce pays. Ce voyage m’a permis de vendre l’art centrafricain«  témoigne Estime qui a l’air d’une femme qui ne souhaite pas courber l’échine face aux défis.

Dans les prochains jours, la Miss Centrafrique 2021 prévoit un camp pour enfants. Pour cela, elle veut bien compter sur l’aide des sponsors afin de réaliser ce projet qui la passionne.
Malgré tout, Estime MBIKANA veut faire des leçons de son mandat un plaidoyer pour l’avenir.

J’appelle de tout cœur nos autorités à accorder de la considération aux arts et à la culture ; ils sont les vitrines d’une Nation. A l’avenir, je souhaite que la Miss Centrafrique soit prise en charge par l’État. Les sponsors et les entreprises de la place doivent tâcher d’apporter aussi leur appui, sans arrière pensée

plaide Estime qui témoigne avoir été victime de harcèlement sexuel durant son mandat.

Plein succès à Estime dans la suite de sa carrière!